Information et Connaissance

Données -> Information -> Connaissance

Qu’est ce que la connaissance ?

Selon la définition de Wikipédia, c’est la faculté mentale produisant une assimilation par l’esprit d’un contenu objectif préalablement traduit en signes et en idées. Résultat de cette opération. La connaissance est une possession symbolique des choses. Elle comprend une infinité de degrés. La connaissance rationnelle, méthodique universelle a parfois été opposée au savoir empirique, chaotique, objectif.

La connaissance se distingue des termes qui lui sont proches comme : Savoir, Information, Donnée, Croyance, Science, Expérience, etc.

La connaissance est une notion aux sens multiples, à la fois utilisée dans le langage courant et objet d’étude poussée de la part des sciences cognitives et des philosophes contemporains.


De la donnée à l’information

Pour coller à des notions concrètes et exploitables, nous mettons volontairement de coté la notion de connaissance lié au contexte philosophique pour se concentrer sur la notion de connaissance en entreprise ou liée en tout cas à des sujets tangibles directement exploitables par l’être humain.

De nos jours, dans toutes les organisations humaines, les idées vont et viennent. Seul ce qui a le mérite d’être formalisé et de disposer d’une existence physique est manipulable, exploitable et réutilisable. Il en est ainsi du stade initial de ce que nous appelons l’information. La donnée est la notion même d’existence physique d’une information. A ce stade là on ne parle pas forcément de sens, juste d’existence physique, de stockage, d’adressage etc… Si l’on en revient au début de l’histoire de la donnée en entreprise on parle beaucoup plus de fichier, de base de données, de zone ou d’enregistrement que de sens et d’interprétation.

Cette donnée devient information par le sens qu’elle véhicule. Lorsqu’elle est interprétée par rapport au sens qu’elle a notamment dans un environnement métier.

 


De l’information à la connaissance

Ces dernières décennies, la notion d’information est omniprésente. Nous avons d’ailleurs rangé une grande partie des évolutions technologiques dans une catégorie nommée « IT » ou « Information Technology ». On utilise parfois tour à tour les mots « information » ou « connaissance » de manière quelque peu imprécise pour désigner la même chose.

Les travaux de nos docteurs en neuroscience et psychologie cognitive nous ont amené à manipuler techniquement ces deux notions en mettant en avant la frontière très précise qui existe entre elles.

Pour être efficace dans notre explication nous résumerons les choses ainsi :

L’information est un sous ensemble constitutif de la connaissance. Pour ainsi dire, une information est une parcelle ou une facette de connaissance. Nous mettons en avant le fait que « détenir une information sur un sujet « n’est pas détenir la connaissance sur un sujet ». Il s’agit d’une parcelle de connaissance. Savoir que dans « l’Intelligence Artificielle » il y a des données ne suffit pas pour dire que l’on « connait » le concept « d’Intelligence Artificielle ». C’est un début mais ce qui nous permettra de constituer un socle minimal de connaissance sur le sujet sera véritablement de disposer de plusieurs informations que nous pourrons lier entres elles de manière à créer une certaine complémentarité.

• Me viendrait il à l’idée de prendre une décision (par exemple acheter une maison) sur la base d’une seule information (par exemple le lieu ou le prix ) ?
• Vais je décider d’une orientation (nouveau travail , déménagement) en ayant sur le sujet qu’une information ?

Plus nous pouvons récolter d’informations complémentaires sur un sujet plus nous « connaissons » le sujet. La phrase « agir en connaissance de cause » illustre bien ce principe. Détenir une information sur un sujet n’est pas détenir la connaissance du sujet.

Dans tous les cas nous voyons bien que les informations sur un sujet sont des facettes différentes du sujet qui viennent compléter notre vision globale des choses.

Si l’information élémentaire est une facette de la connaissance., la connaissance ultime serait de disposer du maximum de facettes d’un sujet.


De la connaissance à la décision

A travers ces trois étapes précitées, la connaissance apparaît comme le stade représentant le plus de valeur. Il faut bien prendre en compte que cela a été rendu possible du fait de l’existence et de la mise à disposition des données préalablement stockées. Nous avons vu que plus nous disposons de facettes d’informations différentes sur un sujet plus nous disposerons alors d’une connaissance complète et étendue du sujet qui nous intéresse. Il en va de même de la relation quantitative entre l’information et la connaissance qu’entre la donnée et la l’information. Autrement dit, plus nous disposons à la base de données sur un sujet, plus nous disposerons d’information et plus nous pourrons développer des connaissances

Autrement dit, plus nous disposons de données sur un sujet, plus nous combinons les informations entre elles, et plus nous développons nos connaissances.